M
Monde occulte
Le monde vu à travers l'ésotérisme, site personnel de jean-Luc Caradeau
Nous contacterMontrer les infosMontrer/cacher le Menu
Les textes et illustrations contenues sur ce site sont protégés par les lois sur le droit d'auteur (sauf indication contraire). Pour citer cet article : Jean-Luc caradeau, www.caradeau.fr, 2016 - Voie de la Liberté et voie magique -Texte écrit en vue de la conférence prononcée – le 19 mai 2017. dans le cadre du Festival du Livre aux éditions Bussière 34 Rue Saint Jacques Paris Ve.
Voie de la Liberté et voie magique - - conférence - French
Marque d'acceptation
copyright
Voie de la Liberté et voie magique

pour citer ce texte, cliquez cliquez sur info

Flyer annonçant la conférence
accéder au site des éditions Bussière


La voie de la Liberté ou comment prendre le contrôle de sa vie

Préambule

La pratique de la voie de la liberté est un préalable indispensable à la compréhension d'un quelconque ésotérisme, et en particulier à la compréhension des textes traitant de cosmogonnie de magie, de théurgie. Comme une conférence ne permet pas d'exposer et encore moins d'enseigner les technique de la voie de la liberté, nous avons choisi d'illustrer cette voie en donnant des exemple de pensée libre et du raisonnement qui conduit à les exprimer en nous appuyant sur des domaines où l'auditeur, même s'il a été formaté par la pensée standard, n'associe pas à ses opinions une chatge centimentale ou émotionelle. En un mot nos exemples sont choisis pour ne pas choquer l'auditeur afin qu'il s'attache autant à la démarche qui permet la liberté qu'à la conclusion du raisonnement.


Qu’est ce que la magie ?

C’est l’art ou la science traditionnelle d’agir sur les créatures ou les phénomènes du monde sensible par l’intermédiaire des mondes invisibles.

Le monde sensible

Le monde sensible, c’est celui que nous connaissons (ou croyons connaître) celui de la physique, de l’astronomie, de l’électronique et des ondes électro-magnétique, des quatre règnes hominal, animal, végétal, minéral… En un mot c’est celui du corporel, de tout ce qui est soumis directement ou indirectement aux trois conditions temps, espace et masse que les philosophes scholastiques résumaient en un unique terme : la quantité dimensive.

Le monde invisible

Le monde invisible c’est tout ce qui n’est pas soumis à ces trois conditions, tout ce qui échappe à la quantité dimensive.
Donc, l’homme ne peut avoir de connaissance sensitive du monde invisible, tout comme il ne peut en avoir de compréhension directe car son esprit est incapable de concevoir une créature ou un phénomène qui soit à la fois hors du temps, hors de l’espace, sans masse et donc sans forme.

L’expérience contredit en apparence la raison

Pourtant nous savons tous qu’avec une prière comme celle-ci « trois anges sur la mer qui tordent et détordent et Notre Seigneur qui retord. Bon saint Damoin remettez lui les nerfs et les joints » suivie de trois signes de croix, un panseur de secret guérit une entorse fraîche presque instantanément. Il fait de la magie, il en appelle à l’invisible pour agir sur un phénomène corporel.

Analyse

Analysons le phénomène : Un individu qui n’est pas animé d’une foi exceptionnelle, interrompt son activité, dit une prière relativement insignifiante et trace sur le mal trois signes de croix avec un pouce mouillé de salive… Et… ça réussit à tous les coups, parce qu’il a « fait le secret » comme il l’avait reçu et que le secret guérit et se transmet tel quel depuis de nombreuses générations. Il n’a pas de pouvoir, le pouvoir est dans le secret. Lui, il n’est que le « serviteur du secret », un serviteur parfois fort réticent. Il ne connaît rien à la magie et en général, le sujet ne l’intéresse pas. Evidemment il ignore tout des mondes invisibles…
Il n’a rien à voir avec vous parce que ce secret ou les secrets qu’on lui a transmis sont les seules opérations magiques qu’il fera de toute sa vie.

Ce que je viens de raconter…

Votre premier pas dans la voie de la liberté, c’est d’admettre que ce que je viens de raconter est vrai, bien que cela contredise tout ce que le savoir profane nous a appris du monde sensible et presque tout ce que nous enseignent les religions sur le plan spirituel.
Autrement dit il faut admettre le fait rien que le fait : la guérison par le secret sans pour autant accepter une causalité spirituelle telle que l’intervention de saint Damien dont cette prière écorche le nom…

La voie de la liberté : une objectivité sans concessions

La voie de la liberté c’est d’abord admettre le fait sans extrapoler, admettre le fait et rien que le fait, cela exige en effet un esprit très libre : un esprit capable d’accepter qu’un fait peut contredire ce qu’il a appris et ce qu’il croit ou ce qu’on lui a enseigné de croire. Ce premier exemple est trivial, mais je vais en donner d’autres dans le but de déstabiliser vos certitudes qui sont autant d’obstacles tant à votre liberté intérieure qu’à l’étude de la magie.

Libre arbitre ?

Interviewé sur une radio, j’explique qu’un rationaliste faisait mentalement obstacle à tout traitement par des moyens occultes, parce que étant informé qu’on le traitait de cette façon, il refusait l’idée qu’on puisse le soulager ou le guérir.
J’ajoute : on peut cependant le traiter à distance avec succès pour peu qu’il l’ignore. Je l’ai fait souvent, comme beaucoup d’autres.
La journaliste s’indigne et m’accuse de porter atteinte au libre arbitre de ce rationaliste.
Quel libre arbitre ? Pour qu'il y ait libre arbitre il faut qu'il y ait remise en cause d'une idée ou d'une opinion personnelle soit en présencve d'un fait soit en présence d'une opinion ou d'une idée différente. Il faut qu'il y ait arbitrage.
Quel libre arbitre ! Comment l’apriori « cette méthode ne peut pas me guérir » ou l’opinion « si je me sentais mieux à la suite de ces pratiques ce serait de la superstition » peuvent-elles être autre chose que des obstacles à la liberté…
En l’occurrence si, si l'on veut absolument qu'il y ait libre arbitre, il se résume au fait qu’un individu est attaché à ses croyances. Donc tant que ses croyances ne sont pas remises en cause, son libre arbitre n’est pas violé, puisque forcément il attribuera sa guérison ou son soulagement à une autre cause.
Guérir un sceptique à son insu est une expérience qu’on fait presque tous les magnétiseurs et panseurs de secrets. Elle prouve que l’action passant par les mondes invisibles n’a pas besoin de la croyance de la cible pour agir sur elle. Mais qu’une cible « informée » peut inhiber certaines actions magiques.

Les murs et la sphère céleste

Mais revenons au monde sensible. En ce moment ce qui limite pour vous et nous le monde sensible ce sont les murs de cette pièce : nous ne pouvons voir au-delà. Quand nous sommes dans la nature les limites du monde sensible sont le plancher des vaches et la voûte céleste (qui est une moitié de la sphère céleste) … Si nous embarquons pour l’espace, la limite du monde sensible sera la sphère céleste.
Pour commencer de connaître les mondes invisibles, il faut se poser la question clé : Qu’est qui, de ce mur fait de solides moellons qui limite actuellement notre vue ?
Qu’est qui de ce mur qui fut construit hier et sera détruit demain ou de la sphère céleste qui limite notre vue où que nous allions, existe depuis la création du monde et durera jusqu’à son anéantissement, qu’est dis-je qui est le plus réel ?
Le conditionnement veut que vous répondiez : « c’est le mur, parce que la sphère est une illusion d’optique » et que vous considériez la question comme réglée.
Si vous êtes libre vous allez considérer les choses autrement : Par quel moyen est-ce que je connais ce mur et plus généralement le monde sensible ? Uniquement par les sens, qui, je le sais peuvent être abusés. Par quel moyen est-ce que je connais la sphère céleste ? Par les sens également.
Donc si je m’en tiens là : la sphère céleste est aussi réelle que le mur. Plus réelle même puisqu’elle est unique, est partout ou je puis aller et est toujours la même (bien que son apparence change).
Nous venons ensemble de renverser ce que l’on appelle généralement le « sens commun » et d’entrer dans une pensée libre uniquement fondée sur la logique…
Continuons de réfléchir sur notre sphère céleste. Puisque c’est une « illusion d’optique », elle n’est pas de nature corporelle : elle est la seule créature incorporelle que nous puissions percevoir par les sens et nous la voyons sphérique alors qu’en réalité elle ne saurait avoir de forme ni être soumise à la quantité dimensive.
Parce qu’elle est la seule créature incorporelle perceptible par les sens, elle est la frontière entre le monde sensible et les mondes invisibles. Elle est donc la limite objective du temps et de l’espace, et en tant que telle est évidemment hors du temps et hors de l’espace.

Vous avez compris mais…

Vous avez compris ce que j’explique, parce que c’est simple et logique, pourtant dans une heure, peut-être moins ce mur sera à nouveau pour vous bien plus réel que la sphère céleste qui sera redevenue, ce qu’elle n’a malgré tout jamais cessé d’être : une apparence… Vous serez retombé dans le cachot obscure dont je viens de vous tirer pour un bref instant.

Faire agir anges et démons

Pour pouvoir faire agir un ange ou un démon, pour pouvoir se faire obéir de lui, on utilise un rituel qui bien souvent raconte des choses à peine moins ridicules que la prière pour bouter l’entorse.
Si on se dispense d’utiliser un rituel on magnétise une photo avec une énergie dont on n’a conscience qu’en raison d’une sensation de formication plus ou moins intense à l’extrémité des doigts ou au creux de la paume… Si on se munit d’un pendule cette même énergie sera matérialisée par la rotation de ce dernier, laquelle est induite par les mouvements volontaire ou non de notre main… Rigolons ! Rigolons, mais, avant que notre crise d’hilarité ne nous fasse perdre notre sérieux, interrogeons-nous. Nul n’a la preuve de l’efficacité de ces pratiques (il est impossible de l’avoir) mais la plupart d’entre vous en ont l’expérience soit comme praticien soit comme patient.
Or dans tous ces cas, nous utilisons une « énergie » « - qui se manifeste dans l’instant à proximité ou à l’autre bout du monde, en réalité une énergie non corporelle. Les inquisiteurs avaient donc raison sur un point le rhabdomancien ou le magnétiseur font de la magie ! Ils avaient tort sur tous les autres.
Là encore la démarche magique fait appel à la voie de la liberté parce qu’elle lance un défi au sens commun en admettant l’existence de l’incorporel en ne ressentant pas la nécessité de doter les énergies ou les entités d’une matière subtile qui leur donnerait une corporéité. Ce serait incohérent ! pourquoi le « magnétisme ou l’entité aurait-elle plus de corporéité que la sphère céleste. »…

l'homme au centre du macrocosme
Voir en grand
Gravure extraite du frontispice d'un ouvrage de Robert Fludd (1)

L’incorporel est partout et en nous

Mais l’incorporel n’est pas seulement à l’extérieur de nous, puisque n’étant pas lié à l’espace, il est à la fois, nulle part et partout, tout entier dans l’ensemble de l’espace et tout entier aussi dans une seule cellule, un seul atome de notre corps. Notre conscience, nos idées sont elles aussi incorporelles, d’ailleurs ces « idées » sont-elles réellement nôtres ? Ne sont-elles pas simplement des « traductions » en termes compréhensibles par notre esprit matériel de lois de l’invisible ou de lois de l’interface entre le visible et l’invisible ? On peut se le demander quand on voit qu’à la même époque Charles Cros en France et Edison en Amérique déposent un même brevet : celui du phonographe… C’est un cas célèbre mais il en existe de nombreux autres connus et certainement bien plus encore d’inconnus ? Ont-ils chacun de leur côté conçu le même appareil ou ont il puisé dans l’invisible, au même moment dans un même « réservoir de connaissance » ? Une telle question est de peu d’intérêt, mais ce qui nous concerne bien plus, c’est que pour la formuler, nous avons dû transformer les « connaissance » en un quelconque carburant et les enfermer dans un vulgaire réservoir, bien qu’en même temps. Pourtant nous avons conscience du caractère non corporel de ces connaissances, ce que nous traduisons en général par le terme « des idées dans l’air »…
De même, l’iconographie classique décrit le monde invisible sous la forme de neuf sphères concentriques correspondant aux neuf chœurs d’anges, dont la plus petite renferme les dix sphères du monde sensible… Mais ne nous y trompons pas, les sphères angéliques sont comme notre « réservoir d’idées » de même les praticiens de la magie n’ont jamais confondu les astres physiques et les sphères planétaires en rapport avec les archanges des planètes… La preuve, regardez attentivement ces représentations dans les gravures illustrant les œuvres de Robert Fludd : le Soleil et la Lune physique y sont représentées hors de leur sphère planétaire….
Mais dans quelques heures, votre esprit sera retombé dans le cachot obscure d’où je l’ai tiré pour ces brefs instants et tant mieux. Tant mieux, parce que s’il n’y retombait pas, vous n’auriez aucune chance de découvrir la démarche vers la liberté, vous n’auriez aucune chance de la vivre et vous vous croiriez libre. La voie de la liberté est un préalable à la voie magique, un moyen de contrôler sa vie mais c’est une voie… Une démarche que personne ne peut faire à la place d’un autre.
// fin imblock



(0) Source : Médaille à l'effigie du pape Sixte IV par Andréa Guacialotti - Vers 1480, bronze, diamètre environ 3,5 cm - Musée du Louvre, Inv. n°OA 2455;
(1) Tomus secundus de Supernaturali, naturali, praeternaturali et contranatura … Lire sur Google Books .










image invisibleHaut de page