M
Monde occulte
Le monde vu à travers l'ésotérisme, site personnel de jean-Luc Caradeau
Nous contacterMontrer les infosMontrer/cacher le Menu
Les textes et illustrations contenues sur ce site sont protégés par les lois sur le droit d'auteur (sauf indication contraire). Pour citer cet article : Jean-Luc caradeau, www.caradeau.fr, 2016 - La Franc-Maçonnerie Des Origines à nos jours -Description l’ouvrage La Franc-Maçonnerie Des Origines à nos jours etrxolications à propos de la nature de la Franc-maçonnerie et du rôle traditionnel des organisations maçonniques
La Franc-Maçonnerie Des Origines à nos jours - - Trajectoire - 642 pages
Marque d'acceptation
copyright
La Franc-Maçonnerie Des Origines à nos jours
menu local
pour citer ce texte, cliquez sur info

«   Vous devez vous rappeler que, parmi tous les métiers du monde qui sont des métiers d’homme, la Maçonnerie a la plus grande réputation, et que la plus grande partie de ce métier est l’art de la géométrie, comme cela se trouve noté et dit dans les récits de la Bible et chez le maître des histoires  » Manuscrit Cooke.

la couverture du livre
Acheter sur Amazon

Quelles sont les origines de la Franc-maçonnerie ?

Poser cette question, c’est déjà affirmer que le sujet de ce livre déborde largement l’histoire de « la franc-maçonnerie obédientielle ».
Ce livre se divise en deux parties. La première partie s’intéresse à l’histoire du courant maçonnique qui est d’un certain point de vue la préhistoire de la Franc-maçonnerie obédientielle… D’un certain point de vue seulement, car on peut considérer aussi que la Franc-maçonnerie obédientielle, seulement trois siècles d’histoire en 2017, est un phénomène transitoire et dont l’importance est toute relative quand on la compare à celle d’un courant spirituel.
Deux écoles s’affrontent et s’affrontent sans raison, parce qu’elles ne traitent pas du même sujet. L’histoire d’un courant spirituel n’a rien à voir avec l’histoire d’un phénomène social.
L’histoire du courant maçonnique, c’est l’histoire d’un contenu initiatique qui se retrouve de nos jours dans des textes que l’on appel en franc-maçonnerie, des rituels et des catéchismes. Ce contenu, si on l’analyse à travers les textes dont nous disposons se réfère aux métiers de la construction, à la chevalerie, à la bible, sauf si on nie au Temple de Salomon la qualité de référence biblique, à la kabbale, à l’hermétisme, au pythagorisme. Mais une fois qu’on a énuméré ces « étiquettes » on sait ou on devrait savoir que chacune d’elle limite singulièrement le contenu qu’elle désigne, par exemple le pythagorisme commence bien avant la naissance du philosophe qui lui a donné son nom, se propage et se développe dans la kabbale, l’hermétisme, le platonisme, les initiations de bâtisseurs, le rosicrucianisme sans pour autant se confondre avec ces courants ni s’altérer à leur contact. Dans le monde profane ou dans un raisonnement profane on dirait que « ces courants de sont influencés ou altérés les uns les autres ». En réalité chaque courant a puisé dans les autres ce qui convenait à sa voie. Ainsi la présence du sel, du soufre et du mercure dans un « cabinet de réflexion » ne traduit pas l’altération d’une voie maçonnique par l’alchimie, ni même une influence du courant alchimique sur le courant maçonnique, elle traduit seulement le fait que les concepts alchimiques de sel soufre et mercure conviennent à la transmission maçonnique au moment où celle-ci les présente au profane.
La réalité du courant maçonnique à ce jour ce n’est ni les francs-maçons ni les organisations maçonniques. Dans leur ensemble ils ne sont que des courroies de transmission et des conservateurs de documents. La réalité du courant maçonnique, c’est le contenu des rituels. Au-delà, à chaque génération il y a les maçons qui transforment ou non l’initiation potentielle qu’on leur a transmis en une initiation effective.
Quant à l’histoire obédientielle c’est celle d’hommes et d’organisation qui objectivement (le mot est à prendre ici en son sens marxiste) se dévouent pour maintenir et transmettre en faisant à la société, au temps, à ses préjugés, les concessions nécessaires à la survie de l’Ordre (du courant maçonnique). Il est important de la connaître, ne serait-ce que pour différencier ce qui, dans la transmission qui nous est faite relève de l’Ordre de ce qui relève du contexte dans lequel elle est transmise(les organisations maçonniques et les hommes qui les font vivre, leur histoire).
Cet exposé, paraîtra à certains bien éloigné de « l’humanisme ». Mais ce que nous appelons l’humanisme est avec ce que j’appelle à tort ou à raison « l’émotion et le sentiment fraternel » (1) une des choses que nous recevons automatiquement en même temps que la lumière nous est formellement donnée. Il est même certain que le jour où le rituel ne les transmettra plus, le courant maçonnique aura disparu. Ces deux éléments sont la vitalité de l’Ordre maçonnique mais ni un homme ni un Ordre ne peut être réduit à sa vitalité.

Le contenu du livre

L’éditeur a rédigé une quatrième de couverture. Elle nous convient il est donc inutile que nous racontions la même chose sous une autre forme.
« Marie Delclos et Jean-Luc Caradeau écrivent ici, à deux mains, une somme considérable de 650 pages sur l'histoire de la Franc-Maçonnerie des origines à nos jours.
L'idée de l'homme reflet du cosmos ainsi que celle d'un plan divin conçu par un Grand Architecte de l'Univers, a conduit les auteurs, respectant les mythes fondateurs de la Franc-Maçonnerie, à commencer par conter son histoire par la création de l'Homme, l'Adam du Paradis. Elle devient alors inséparable de l'aventure humaine.
Des civilisations les plus antiques : Egypte, Mésopotamie... en passant par la Grèce et l'Empire romain, l'héritage technique et ésotérique des Anciens se transmettra aux bâtisseurs du Moyen Âge qui recevront des « franchises » ce qui leur vaudra l'appellation de « francs-maçons » ou maçons libres. Après avoir consacré un chapitre à Villard de Honnecourt, dont le carnet reflète les deux aspects du savoir des bâtisseurs de cathédrales, les auteurs se penchent sur les plus anciens documents issus de la Maçonnerie opérative : les Old Charges.
Au XVIIe siècle, la Grande-Bretagne jouera un rôle majeur avec l'Invisible Collège puis avec la Royal Society dans la mutation de la Maçonnerie d'opérative en spéculative. Au siècle suivant, le 24 juin 1717, naîtra la Grande Loge de Londres, première organisation maçonnique moderne. Dès lors la Franc-Maçonnerie se répand au grand jour dans le monde. La Grande Loge de France est fondée avant 1735...
Ensuite les auteurs se consacrent à l'évolution de la Maçonnerie dans notre pays : avant, pendant et après la Révolution, sous les deux Empires, sous la IIIe République, le régime de Vichy et la IV1' République, sans ignorer pour autant son évolution en Europe et aux Etats-Unis. La dernière partie de l'ouvrage s'attache à décrire l'évolution actuelle de la Maçonnerie et les défis qu'elle doit affronter : « les affaires », la diversité de l'expression maçonnique, l'apparition des Obédiences féminines et mixtes. Sans compter la difficulté de concilier progressisme et tradition, volonté de croître et élitisme, recherche spirituelle et pensée libre face à l'attitude simplificatrice de la communication moderne.
Un livre dense, lourd de ses sources, exposant des perspectives qui rendent plutôt optimiste quant à l'avenir de la Franc-Maçonnerie »
 » 

Un interview des auteurs

Dans le menu en haut à gauche de cette page, le second item « Nouvelle République » donne accès à un interview réalisé par Philippe Lexcellent pour la Nouvelle République édition de Thouars.






image invisibleHaut de page