M

Avertissement légal

message

En savoir plus et configurer

Monde occulte

Le monde vu à travers l'ésotérisme, site personnel de jean-Luc Caradeau

Les icones signifient : Nous contacter, Informations, Menu, Réduire ce bandeau,agrandir/réduire la taille des caractères
Nous contacterMontrer les infosMontrer/cacher le MenuRéduire ce bandeauagrandir les caractères
Les textes et illustrations contenues sur ce site sont protégés par les lois sur le droit d'auteur (sauf indication contraire). Pour citer cet article : Jean-Luc caradeau, www.caradeau.fr, 2016 - Traité pratique et raisonné de radiesthésie -Description et commentaires de l’auteur à propos du livre Traité pratique et raisonné de radiesthésie. L’acheter sur Amazon
Traité pratique et raisonné de radiesthésie - - Trajectoire - 128 pages

Traité pratique et raisonné de radiesthésie


menu local
pour citer ce texte, cliquez sur info

«   il arrive d'attribuer par la pensée à un certain sujet aussi bien singulier qu'universel, une certaine condition dont on n'a pas appris du sens qu'elle lui convient, mais dont on sait avec certitude par le sens qu'elle convient à quelque chose qui lui est semblable.  » Al Kindi, traité des rayons

la couverture du livre
L'acheter sur Amazon

Présentation par l’éditeur

Maîtriser la divination par la baguette ou le pendule est la clé de la formation du radiesthésiste. Ainsi, cet ouvrage donne une vision historique de leur utilisation, permettant aux lecteurs d’avoir un aperçu plus juste et plus personnel des pratiques actuelles. Grâce à des méthodes éprouvées, cet ouvrage est une invitation à un apprentissage de la radiesthésie et de ses applications. L’auteur offre par ailleurs une description objective des diverses théories appliquées à la radiesthésie et procède à leur examen critique. En somme, tout ce qu’un radiesthésiste, qu’il soit débutant ou expérimenté, doit savoir…

Ma présentation

L’histoire de mon premier pendule est l’un de mes émerveillements d’enfant : l’objet m’avait été donné par une grande tante radiesthésiste. Elle me l’a offert et m’a appris à l’utiliser. Pendant toute mon enfance et mon adolescence le pendule fut mon instrument d’exploration du grenier, qui recélait d’innombrables trésors. La dernière recherche de cette période fut celle de « quelque chose sur l’hypnose » (c’est la question que j’avais posée au pendule). Le pendule me mena à une caisse poussiéreuse contenant beaucoup de choses qui me parurent sans intérêt et un livre intitulé cours de psychisme du professeur Matyang... L’étude de ce livre et la pratique des exercices qu’il proposait fit de moi un hypnotiseur et l’hypnose me mena à la pratique de la magie qui est ma voie. Le pendule fut un temps abandonné puis redevint un instrument utile et familier. Entre temps, cependant j’étais devenu un praticien expérimenté de la magie et j’avais compris que la cohérence est la clé de l’efficacité. Une pratique magique qui s’appuie sur une conception incohérente du monde invisible n’est pas efficace, pire bien souvent le praticien qui s’appuie sur une telle conception est incapable de juger objectivement des résultats de son action. Cependant cette nécessité de cohérence est une exigence de l’ensemble du domaine de l’occulte : si une hypothèse radiesthésique vient d’une part contredire une conception cohérente du monde invisible et d’autre part entre en contradiction avec les lois du monde physique, l’accepter globalement, c’est tomber dans une sorte de superstition qui affecte la pratique magique comme celle de la radiesthésie. La rejeter totalement serait aussi intellectuellement une attitude incohérente. Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, l’homme est à l’image du monde et sa pensée est toujours en partie conforme aux lois de l’univers, quelle que soit l’idée ou l’intuition de départ elle ne peut être complètement fausse pas plus que ne peut l’être entièrement la théorie à laquelle cette idée a donné naissance. Cependant les outils dont dispose le cerveau de l’humain sont limités et limitent ses possibilités de pensée. Ainsi il doit inventer des images à partir des réalités du monde physique pour tenter de saisir celles du monde invisible. L’ange (ou toute autre entité du monde invisible) est une réalité incorporelle, mais pour la saisir nous sommes contraint de lui donner une image corporelle. De même dans le passé on disait qu’un démon commandait au pendule et aujourd’hui beaucoup oublient que c’est le radiesthésiste qui perçoit des réalités invisibles que l’on assimile à des ondes ou à des rayons faute d’autres mots ou d’autres concepts pour les désigner. Si on garde présent à l’esprit que l’emploi d’une terminologie permet de décrire avec plus ou moins de justesse une réalité mais ne saurait en aucun cas la déterminer, la cohérence est sauve, ce qui évite au radiersthésiste de s’autosuggestionner.





image invisibleHaut de page