M

Monde occulte

Le monde vu à travers l'ésotérisme, site personnel de jean-Luc Caradeau

Les icones signifient : Nous contacter, Informations, Menu, Réduire ce bandeau
Nous contacterMontrer les infosMontrer/cacher le MenuRéduire ce bandeau
Ce site présente les ouvrages de jean-Luc Caradeau qui, depuis les années 1980 a écrit de nombreux livres traitant d’ésotérisme ou d’histoire, soit seul, soit en collaboration avec Marie Delclos. Il propose également quelques articles qui ont été écrit pour le compte de plusieurs revues d’histoire. Ces articles ont été souvent, à la demande des rédacteurs en chefs ou des directeurs de publication écrits sous des pseudonymes masculins ou féminins tels que Yves Leclerc, Jean Chaudy, jacqueline Delcroix, Sylvie Moulin, Paul Verrier….

Qu'est-ce que les sciences occultes et à quoi servent-elles ?


« Connais-toi toi-même et tu connaîtras l'Univers et les dieux (Pythagore). »

Les sciences occultes ne sont ni l'initiation ni la spiritualité. Leur connaissance est néanmoins, quoi qu'en prétendent certains, indispensable au chercheur de vérité, non pas en raison de leurs applications pratiques, mais pour ce qu'elles permettent de comprendre du monde et de soi-même. Il est donc normal que je leur consacre plusieurs "sous espaces".

Quelle est la place des sciences occultes dans le spirituel et l'initiation ?

Abandonnons le mot spiritualité, par trop galvaudé de nos jours. Préférons-lui « le spirituel » en sachant bien que par ce mot on entend l'accès à un mode de conscience fondamentalement différent du mode de conscience profane. L'accès à ce mode de conscience ouvre la porte à ce que les Anciens ont appelé la Connaissance, la Sapience ou la Sagesse.
Ce n'est pas parce que par l'on a eu accès au spirituel par l'un des moyens classiques qui en ouvrent la porte : le yoga, la méditation, une initiation, une voie quelconque, car toutes les voies offrent cet accès qu'on saura aller au-delà du premier pas. Ce n'est même pas d'ailleurs, parce que l'on aura suivi scrupuleusement une voie qui offre cet accès qu'il sera obtenu. L'accès au spirituel est une modification d'état de conscience tout comme le sont l'état d'hypnose et l'état de voyance, ou l'état de l'hypno magnétiseur quand il procède à une induction hypnotique, parce que contrairement à celui qui utilise ou croit utiliser la seule suggestion, il provoque volontairement une modification de son état de conscience.
On peut passer par des états ce conscience modifiés sans le savoir, on peut les provoquer sans l'avoir voulu, on peut les vivre sans en avoir conscience. On peut aussi « croire » qu'on les vit alors qu'il ne s'agit que de rêveries voire de certaines manifestations pathologiques nerveuses ou mentales… Tout cela évidemment n'a rien à voir avec le spirituel.
La démarche spirituelle s'appuie sur deux piliers : vouloir et conscience. C'est là où les sciences occultes prennent toute leur importance.
Elles offrent au chercheur de Vérité, de Sagesse, de Connaissance, en un mot à l'homme ou à la femme de désir qui cherche la Lumière l'apprentissage du vouloir et celui de la conscience. En effet, les sciences occultes proposent à l'homme de désir des objectifs concrets et donc vérifiables, enfin vérifiables par lui et pour lui, car rien dans ce domaine n'est vérifiable au sens scientifique du terme.
Les sciences occultes, parce qu'elles sont une application du spirituel au monde sensible permettent au cherchant de mettre en rapport les états de conscience avec la technique utilisée et le résultat recherché. Par exemple, l'état de conscience qui permet une recherche radiesthésique est atteint par de nombreux radiesthésistes dans vraiment le savoir. D'autres ont conscience du processus psychique qui permet sa mise en place, mais pour les uns comme pour les autres, il n'y a qu'un seul élément qui puisse les conforter dans leur pratique, leur confirmer qu'ils ont réellement atteint cet état : c'est le fait que le tuyau ou la rivière recherchée passe bien à l'endroit exact où ils l'ont détecté ou celui que le médicament homéopathique ou la plante donnée à un consultant le guérit ou au moins le soulage de façon spectaculaire.
C'est la raison pour laquelle, dans toutes les voies extérieures au monde chrétien occidental on trouve mêlés à la démarche spirituelle des éléments de sciences occultes, souvent des pratiques de divination ou de thaumaturgie…
Le samouraï pouvait dans le contexte de la culture japonaise dire « je n'ai aucun pouvoir occulte », parce que le Ki y est une force de la nature. Mais pour nous, en Occident, le ki fait partie des forces invisibles et spirituelles qui agissent sur le monde sensible.
Parmi les sciences occultes nous mettrons bien entendu à part l'alchimie, parce qu'elle est en soi une voie complète et doit être l'œuvre de toute une vie.

Quelle est la nature des sciences occultes.

Je me souviens que j'effectuais un jour, dans la région parisienne un trajet en automobile avec une chercheuse en parapsychologie diplômée d'une université américaine. Elle voulait formaliser un vocabulaire appeler dans leur ensemble les arts divinatoires « arts conjecturaux ». Je provoquais son indignation en lui faisant remarquer que les arts divinatoires faisaient partie d'un ensemble bien plus vaste appelé « arts magiques traditionnels », et que tous les arts désignés par ce terme avaient en commun d'être des applications de la métaphysique. Elle s'indigna immédiatement : « la magie ça fait peur à tout le monde et la métaphysique tout le monde s'en fout. ». Belle réponse : mes mots important y sont «  tout le monde  ». Pour plaire à tout le monde, dans sa stratégie de communication cette chercheuse voulait remplacer une expression traditionnelle et pleine de sens par une étiquette séparait la divination des autres arts magiques (magnétisme, radiesthésie etc) mais en outre les vidaient de leur signification. En effet, le but d'un art divinatoire est de prédire et la prédiction ne peut pas être une conjecture une « Idée non vérifiée, fondée soit sur une probabilité, soit sur l'apparence. », c'est au contraire l'aboutissement d'une démarche dont les étapes sont une modification d'état de conscience qui s'accompagne de la manipulation des objets divinatoires, qu'il s'agisse de cartes, d'un pendule ou de la toupie utilisée par certains féticheurs et est suivie d'une réponse rendue par les objets divinatoires, cette réponse nécessitant ou non une interprétation.
Par exemple le pendule ou la baguette, correctement manipulés répondent par oui ou non. Il en est de même en général de la toupie. Le message des cartes en revanche doit être interprété.
Cependant dans tous ces cas, le message n'est pas une conjecture. Le message est une affirmation toujours vraie si les étapes précédentes ont été correcte.
Je me souviens d'un tirage à trois cartes effectué avec l'oracle Belline à propos d'un procès dans lequel j'étais impliqué. Une entreprise me réclamait une facture indue et m'avait assigné au tribunal pour non-paiement. Mon peu de connaissances juridiques et un « dossier en béton » me donnait la certitude d'avoir raison, mais, c'était moi qu'on avait assigné au tribunal et nul n'est à l'abris de quelque angoisse irrationnelle. Je tire donc trois cartes du Beline. La première était la trompette de la renommée (une excellente carte), mais la seconde était le chat noir (mensonge, trahison, fourberie) et la troisième la tour qui s'écroule (l'écroulement d'une entreprise). L'angoisse aidant J'interprétai ce tirage dans un sens négatif. Le jugement fut rendu séance tenante : « votre adversaire est forclos ».
Pour ce tirage, j'avais utilisé le programme de divination que j'ai installé sur le site www.tarotcours.com . C'est moi qui l'ai programmé et la première carte représente les atouts du consultant, la seconde le processus, la troisième ce qui s'oppose au consultant. Le message des cartes était juste : l'entreprise avait menti à propos de la facture, un huissier à son service m'avait envoyé (avant le procès) un document invoquant un article du code qui ne s'applique qu'une fois qu'un procès pour dette a été perdu. Il y avait donc bien eu fourberie. Enfin l'accusation portée par l'entreprise s'était écroulée. Le message des cartes était clair et juste, seule mon interprétation était fausse.
Evidemment l'Astrologie, qui est l'une des sciences occultes majeures ne doit pas être considérée comme un art divinatoire. Elle est l'art de la lecture des signes donnés par les astres, et ces signes quand ils concernent l'avenir ne permettent pas de prédire, seulement de prévoir. D'ailleurs la principale application traditionnelle de l'astrologie ne concerne pas la prévision de l'avenir, c'est l'astrologie élective qui vise à déterminer le moment le favorable à l'accomplissement d'un acte ou d'une démarche. C'est l'usage qu'en font principalement les brahmanes. Aucun d'eux par exemple ne célébrerait un mariage sans avoir au préalable élu le moment propice.
Il nous faut donc différencier les sciences occultes est arts magiques traditionnels. La magie est une science occulte, les arts divinatoires le magnétisme, la radiesthésie sont à la magie ce qu'est la mécanique ou l'électronique à la physique : des technologies. De même l'astrologie est une science occulte mais l'horoscopie, les astrologies horaire, mondiale ou élective occupent par rapport à elle la même position que les arts divinatoires ou la thaumaturgie par rapport à la magie.
L'alchimie est la troisième science majeure, mais il faut distinguer « l'alchimie courante » de la voie alchimique qui est celle des alchimistes. A cette science (l'alchimie courante) qui est celle de la lecture des propriétés des créatures du monde sensible à travers leur apparence (la connaissance des correspondances) et des règles permettant d'associer ces créatures (plantes, minéraux animaux) dans des préparations produisant un effet déterminé à l'avance, on n'a pas su donner d'autre nom que celui de « chymie »… Mais « chymie » et alchimie étaient dans l'usage synonyme.
La quatrième science majeure est rarement nommée : il s'agit des mathématiques occultes ou si vous préférez de l'ésotérisme mathématique, encore que ces termes soient peu adaptés pour désigner cette science qui n'a pas de nom. Elle comprend le symbolisme, l'herméneutique et les quatre arts libéraux (arithmétique, géométrie, astronomie (mathématiques des mouvements de la sphère) et la musique (mathématiques des cordes et des tuyaux). En fait le pythagorisme et la kabbale (qui est à la fois herméneutique et métaphysique) en font partie.

Les livres sur les sciences occultes et les arts magiques traditionnels.

Alchimie : N'étant pas alchimiste, je n'ai écrit qu'un seul livre sur ce sujet. Ne le possédant pas, je n'y révèle pas le secret de la pierre philosophale. En revanche, cette page vous invite à visiter des sites d'alchimistes et le livre lui-même permettra, je pense au lecteur de comprendre ce qu'est réellement la voie alchimique, quelles en sont les différentes formes et quels rapports cette science occulte majeure entretient avec l'astrologie, la magie, le symbolisme, la numérologie. Ajoutons que certaines branches de l'alchimie telles que la spagirie, l'alchimie végétale ou l'alchimie interne ont des applications importantes en matière de santé et de longévité. Enfin l'alchimie tient souvent dans le symbolisme qui véhicule l'enseignement des sociétés initiatiques une place prépondérante.

L'astrologie : J'ai étudié l'astrologie mais je n'ai pas écrit de livre sur ce sujet. Reste que j'ai tout de même quelques idées et quelques sources de connaissances à proposer. L'astrologie en effet est considérée en Inde comme une voie spirituelle à part entière (un yoga) et son étude est indispensable à tous ceux qui voudraient aborder celle d'une autre science occulte majeure telle que l'alchimie ou la magie. Elle est également présente dans le symbolisme qui véhicule l'enseignement des sociétés initiatiques (ce n'est sans raison que certains travaillent face à la Lune et au Soleil sous une voûte étoilée). Enfin on peut regretter, mais il faut en souhaiter la renaissance, le peu d'usage que font de l'astrologie les praticiens de santé. Cet art était pourtant enseigné dans toutes les facultés de médecine jusqu'au dix-septième siècle




image invisibleHaut de page